LES CANNES BLANCHES

Union des Aveugles et Malvoyants de Paris et de France (UAMPF)

Aider à mieux vivre son handicap

Soutiens, formations, loisirs, recherches scientifique, ...

L'ASSOCIATION


Historique

L'association a été fondée à Paris par Marcel Bloch avocat à la cour qui devient son premier président. Elle est déclarée à la préfecture de Paris le 22 avril 1939 sous le nom "les Cannes Blanches : Union des Aveugles de Paris et de l'Ile de France". C'est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret d'application du 16 août 1901.

Le 22 janvier 2004, l'assemblée générale extraordinaire décide statutairement de modifier le nom de l'association qui devient "les Cannes Blanches : Union des Aveugles et Malvoyants de Paris et de région (UAMPR)".

Le 24 avril 2007, l'assemblée générale extraordinaire change le nom de l'association qui devient "les Cannes Blanches: Union des Aveugles et malvoyants de Paris et de France (UAMPF)".

Cette appellation a donné une dimension nationale à notre association.

Gestion et ressources

L’association réalise ses missions grâce aux dons, assurance-vie et legs de ses généreux donateurs uniquement. Le budget est contrôlé par un cabinet d’expert- comptable puis soumis à un audit du commissaire aux comptes avant d’être présenté à l’assemblée générale pour approbation.

Composition

L’Association accueille des membres non et malvoyants, titulaire d’une carte d’invalidité. Chaque adhérent paye une cotisation annuelle de 30€.

Le conseil d'administration

L'association est administrée par un conseil d'administration de trois à quinze membres élus par les adhérents pour trois ans. Tous les membres actuels sont non ou malvoyants.

Président : André Clauzel, malvoyant.
Trésorier : Bernard Grand, malvoyant.
Secrétaire général : Alain Plancq, non voyant.
Secrétaire général adjointe : Josiane Albert, non voyante.
Administrateurs : Zoe Motte, malvoyante, Félix Oreste, non voyant, Guy Cabal, non voyant et Gilbert Verniest, malvoyant.

LE HANDICAP VISUEL




Dans l’esprit de certains la frontière entre la non et malvoyance est mince voire inexistante. Pourtant les deux handicaps sont bien différents puisqu’ils n’impliquent pas les mêmes conséquences et ne nécessitent pas les mêmes besoins.

En France, on recense 3 millions de personnes non et malvoyantes. Ce chiffre qui représente 5% de la population augmentera dans les années à venir en raison de l’augmentation de la population.

La malvoyance

Un malvoyant est une personne qui voit mal et dont la déficience visuelle ne peut être corrigée avec des lunettes, des lentilles de contact ou une intervention chirurgicale. L’acuité visuelle à cinq mètres est inférieure ou égale à 4/10ème.

Les malvoyants représentent plus de 932000 personnes avec une incapacité à lire ou à écrire. Certains d’entre eux sont parfois victimes de comportement agressif tant leur handicap ne présente aucun signe extérieur qui permet de les identifier.

La non voyance

La cécité est une déficience totale c’est-à-dire que la personne est privée de la vue ou a une acuité visuelle inférieure à 1/20ème. La non voyance peut s’exprimer avec une variation en fonction des sujets. Si certains sont plongés dans l’obscurité totale, d’autres distinguent les lumières naturelles, artificielles et les couleurs.

Quelques pathologies de la vue

La cataracte :
1ère cause de cécité dans le monde.
Perte de la transparence du cristallin.

Le glaucome :
2ème cause de cécité.
Maladie du nerf optique en charge de la transmission des images reçues.

DLMA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age) :
Affection des yeux qui peut apparaitre après l’âge de 50 ans. Elle est aussi une cause principale de cécité.

Rétinopathie diabétique :
Pathologie qui atteint la rétine en raison d’une complication du diabète.

NOS MISSIONS




Le but de l’association est d’apporter des aides morales, matérielles et financières.

Soucieuse de répondre aux besoins et attentes des non et malvoyants en général et de ses adhérents en particulier, notre association est engagée dans une action transversale. Elle va de l’éducation des chiens guides au financement de projets concrets de la recherche scientifique en passant par les services de proximité : l’aide à la personne ou les loisirs.
une femme non voyante qui se promène avec son chien guide
Education de chiens guides

Un chien guide est l’ami et le compagnon des non et malvoyants. Il est d’une aide précieuse pour eux. Il est éduqué pour faciliter leurs voyages dans la vie quotidienne. Grâce à lui, les obstacles sont évités et la personne peut se déplacer en toute sécurité en étant autonome.

L’éducation d’un chien commence dès l’âge de trois mois. Encore chiot, il est confié à une famille d’accueil où il doit apprendre la vie en société et les bonnes manières. Sa formation à l’école ne sera effective qu’à partir de 12 mois. Un éducateur le prendra en charge pendant six mois pour l’initier aux secrets du guidage et au sens des responsabilités quitte à désobéir à son maitre si ce dernier est en danger. Pendant la période de formation le non ou malvoyant se rend de temps en temps au centre et rencontre son futur chien pour créer des liens entre eux.

Au bout de 8 à 9 ans de bons et loyaux services, un bilan déterminera si le chien peut être en pré-retraite ou en retraite définitive. Une famille d’accueil est toujours prête à accueillir le chien à la retraite si le chien ne peut bénéficier d’une retraite très favorable chez son maitre. En tout état de cause, le chien demeure la propriété du centre.
photo d'un après midi sur l'eau
Les loisirs

L’intégration des non et malvoyants dans la vie sociale est un pilier de notre stratégie.

Il s’agit de développer ou d’adopter toutes les actions susceptibles de garantir leur autonomie et leur épanouissement. Les loisirs sont utilisés par notre association comme outils d’intégration dans la vie sociale. Le but étant de devenir actif, de se réaliser et de participer à la vie communautaire.

Les voyages en groupe sont une solution pour lutter contre l’isolement et la solitude qui frappent une partie de concitoyens notamment les non et malvoyants. Plusieurs fois par an des voyages de quelques jours sont organisés avec des accompagnateurs bénévoles pour des visites de musées commentées ou des promenades, des expériences sociales enrichissantes qui permettent de passer des moments agréables en toute sécurité.

Les rencontres, théâtres, sorties, l’association donne rendez-vous à ses adhérents et leurs familles régulièrement pour échanger et passer des moments conviviaux. La galette des rois, les tombolas, les théâtres, les sorties sont des moments privilégiés pour se retrouver.

Les formations

photo d'un non voyant qui navigue sur internet en utilisant une tablette de traduction en braille

Informatique

Dans un souci d’ouverture sur l’extérieur, les non et malvoyants expriment souvent leur souhait de prendre le train en marche en s’initiant au monde de l’informatique. L’ordinateur est un outil qui rapproche des autres en donnant confiance en soi. D’autre part une formation en informatique permet d’acquérir l’autonomie et de s’intégrer socialement.

Consciente du rôle important de l’informatique dans la vie quotidienne, notre association finance des formations en partenariat avec l’association A.I.R spécialisée dans la dispense de cours sur matériel adapté aux non et malvoyants.
photo de doigts déchiffrant un texte en braille

Braille

Le braille est un système d’écriture utilisé par les aveugles ou certains malvoyants. Il a été inventé par Louis Braille devenu non voyant à la suite d’un accident. C’est une écriture en relief qui s’exécute de gauche vers la droite. Il s’écrit avec une tablette, une machine à écrire le braille, une imprimante braille. Nos adhérents ont une préférence pour la tablette quand ils écrivent alors que l’association privilégiera l’imprimante braille pour correspondre avec ses membres.

Des cours de braille sont dispensés gratuitement par madame Geneviève Bénard ancienne présidente de l’association.
une scientifique observe un échatillon dans un récipient transparent

La recherche scientifique

un scientifique étudie un échantillon au microscope
C’est parce que nous avons confiance en l’avenir et aux progrès de la recherche scientifique que l’association a décidé de soutenir l’Institut de la Vision (l’un des plus importants centres de recherche ophtalmologique en Europe).
Nous finançons une partie du projet "Régénération du Nerf Optique".

A l’Institut de la Vision, l’équipe d’Alain chédotal développe le projet "Régénération du Nerf Optique", dans le but de mettre au point de nouvelles stratégies thérapeutiques permettant de régénérer les connexions entre l’œil et le cerveau.
Il n’existe actuellement aucun traitement permettant de restaurer la vision quand le nerf optique est atteint comme c’est le cas dans le glaucome, une maladie dévastatrice qui touche 5 millions de personnes dans le monde.
L’équipe souhaite identifier de nouvelles molécules et outils pharmacologiques permettant la repousse complète du nerf optique et la reconnexion permanente des neurones ganglionnaires avec le cerveau. Les données préliminaires suggèrent que l’expression de protéines qui inhibe la croissance du nerf optique pendant son développement est augmentée après lésion du nerf et que ceci pourrait contribuer au blocage de la régénération.
Les recherches de l’institut développent également des méthodes d’imagerie innovantes qui facilitent l’analyse de la dégénérescence des cellules rétiniennes dans des modèles animaux.
Depuis plusieurs années l’association offre gracieusement des cannes blanches de différentes tailles sur présentation de la carte d’invalidité, des montres parlantes et le panier de Noel à l’occasion de la galette des rois pour que la fin de chaque année soit une fête pour tout le monde.